La numérotation des ascendants & des descendants

LA NUMÉROTATION EN GENEALOGIE : POURQUOI ?
Il est indispensable de donner un numéro à ses ancêtres afin de s’y retrouver.
Il existe plusieurs systèmes de numérotation selon que l’on travaille : en généalogie ascendante ou en généalogie descendante.
En généalogie ascendante, on part généralement de soi-même ; en généalogie descendante, on part d’un ancêtre afin de retrouver tous ses descendants.

LA NUMÉROTATION DES ASCENDANTS

Ce système a été inventé par l’allemand Michel Eyzinger en 1590. Il est ensuite repris par Jérôme de Sosa en 1676, puis par Kérule Von Stradonitz au XIX° siècle.

Cette numérotation « SOSA » est la plus pratique et la plus utilisée pour l’établissement ascendante.

Les principes de cette numérotation :

  • Chaque ancêtre a un numéro invariable
  • La numérotation part de la personne dont on établit l’ascendance : c’est le de-cujus. Il porte le numéro 1
  • Son père porte le numéro 2 et sa mère le numéro 3
  • Le numéro 4 est son grand-père paternel, le numéro 5 sa grand-mère paternelle, le numéro 6 son grand-père maternel et le numéro 7 sa grand-mère maternelle.
    Et ainsi de suite

Règles de la numérotation SOSA :

  • un chiffre pair désigne toujours un homme, un chiffre impair une femme (sauf bien sûr le numéro 1)
  • le numéro d’un père est le double de celui de son enfant
  • le numéro d’une femme est celui de son mari + 1
  • le numéro d’une mère est le double de celui de son enfant + 1

Remarques sur la numérotation SOSA :

  • un même ancêtre peut apparaître plusieurs fois dans une généalogie : c’est un implexe (ancêtre commun). l’ancêtre porte alors plusieurs numéros de SOSA
  • la numérotation SOSA n’est valable que pour un individu. pour ses descendants la numérotation est à refaire.
  • ce système ne tient compte que des ascendants directs. les collatéraux ne portent pas de numéro.

LA NUMÉROTATION DES DESCENDANTS

Les principes de la numérotation descendante d’Aboville  :

  • la numérotation part d’un ancêtre commun à plusieurs individus. Il porte le numéro 1.
  • le descendant a le numéro de son père ou de sa mère, plus son numéro d’ordre de naissance.
  • ainsi, l’aîné des enfants est numéro 1.1., le second 1.2.
  • les enfants de l’ainé ont le numéro 1.1.1., 1.1.2. …
  • lorsque des enfants sont issus de lits différents, on ajoute une lettre de l’alphabet par lit : A pour le premier, B pour le second,on identifie immédiatement la mère de l’enfant.

Si l’on compte le nombre de chiffres, on connait immédiatement le nombre de générations. par exemple, le 1.1.2. descend à la troisième génération.